L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet Découvrir le sénateur Michelle Gréaume Découvrir la sénatrice
Echo de Campagne

Crésus est drogué !

Retour comme convenu sur ce numéro spécial du magazine « Challenges » établissant le classement des 500 premières grandes fortunes de France. Le nouveau Premier Ministre vient de dire au peuple de France, du haut de la tribune, que notre pays souffre décidément d’une forte addiction à la dépense publique, eh bien j’ai comme l’impression qu’une partie de nos concitoyens sont atteints, quant à eux, d’une addiction à l’argent, fort heureusement ils ne sont pas très nombreux !

Car en effet, quel est l’intérêt d’avoir un milliard supplémentaire quand on dispose déjà d’une fortune de 46 milliards ? C’est le cas de Monsieur Bernard Arnault.

Dans le constat établi par le magazine, les informations sont tout simplement hallucinantes, le patrimoine des ultra-riches a considérablement progressé depuis deux décennies, le nombre de milliardaires a « explosé », c’est le mot utilisé, passant de 11 à 92 et au total, la valeur des 500 fortunes est passée de 80 à 570 milliards, multipliée par sept !

Des chiffres qui témoignent du formidable essor des entreprises au bénéfice de leurs salariés, non je plaisante, le papier dit bien leurs actionnaires, alors que pendant les mêmes vingt années la richesse produite par l’entreprise France SA, mesurée par son PIB n’a fait que doubler à 2 223 milliards. Résultat, les 500 qui ne comptaient que pour l’équivalent de 6% du PIB en 1996 pèsent aujourd’hui 25%. Ce déséquilibre de croissance au profit des plus riches s’observe d’ailleurs au sein même du palmarès des fortunés, propulsant les premiers, éloignant les derniers. Incroyable, il commence à y avoir des inégalités entre les riches eux-mêmes, vous allez voir que si ça continue ainsi ils vont finir par nous déclencher une révolution ces milliardaires !

Les avoirs du Top 10 représentent plus de 40% du total de la fortune des 500, contre 30% il y a vingt ans. Et la tendance s’accélère. Ainsi sur cette seule année 2016, ces dix leaders ont vu la valeur de leur patrimoine grimper encore de 35%. Cette prospérité de l’élite des fortunes contraste évidemment avec le sort du reste de la population, le patrimoine médian des Français a stagné depuis 1996, sous les 160 000 euros, et on ne parle pas bien sûr de tous ceux qui n’ont aucun patrimoine.

On comprend, dès lors, que M. Macron, Président de la République, insiste fortement pour que ceux qui ne sont rien se décident enfin à se remuer les fesses afin de devenir des milliardaires.