L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet Découvrir le sénateur Michelle Gréaume Découvrir la sénatrice

Quelques chiffres  :
Le GHSC regroupe 8 sites, dont 3 EHPAD, sur 3 communes  : Seclin, Carvin et Wattignies.
Il dispose de 5 pôles complémentaires  : mère-enfant gynécologie, médico-chirurgical, gériatrie et autonomie, CAMUS (Clinique Anesthésie Médecine Urgences Soins intensifs surveillance continue), et médico-technique.

En 2018  :

  • 7 salles de bloc opératoires, un service d’Imagerie médicale, un laboratoire, une pharmacie et un service de stérilisation.
  • Un peu plus de 23 000 hospitalisations en Médecine Chirurgie et Obstétrique.
  • Plus de 7 500 interventions aux blocs opératoires.
  • Près de 2 000 naissances à la maternité
  • 51 000 passages aux urgences
  • 131 000 consultations externes
  • 1 400 salariés, dont 151 médecins

Le GHSC se situe à cheval sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais, touchant un bassin de population de 300 000 habitants.

Actualité

Rencontre - Visite - Santé

A l’écoute des inquiétudes au Groupement hospitalier de Seclin-Carvin

Ce lundi 11 mars 2019, Michelle Gréaume et Eric Bocquet étaient conviés à rencontrer la direction et les médecins-chefs de pôle du groupement hospitalier Seclin-Carvin (GHSC), à la demande du maire de la commune, également président du conseil de surveillance de l’établissement, Bernard Debreu, dans le cadre du projet de loi « Ma Santé 2022 ».
Ils ont ensuite rencontré les représentants syndicaux des différents corps de métiers du GHSC.

Les échanges ont notamment porté sur les craintes de la direction et des Médecins-chefs de Pôle de voir leur établissement « labellisé » Hôpital de Proximité, et ainsi perdre les services de maternité, d’urgences, de chirurgie, comme cela est indiqué dans le plan « Ma Santé 2022 », présenté il y a peu par le Gouvernement.

La question de la Tarification à l’Acte (TAA) a également été abordée, puisqu’elle semble être à l’origine d’une inégale répartition des moyens dans les hôpitaux.

La nécessaire proximité de l’offre de soins spécialisés a été réaffirmée, et plus particulièrement dans le bassin de population du GHSC, où la mobilité de la population est inférieure à la moyenne. De plus, dans un département plus fortement touché par les maladies chroniques, il est important de préserver des moyens de dépister et de diagnostiquer les pathologies dans les meilleurs délais, afin que la prise en charge soit la plus efficace possible pour les patients.

Les échanges se sont ensuite poursuivis au sein du service d’urgences du CH de Seclin, qui connait chaque année une augmentation de sa fréquentation de 5%.

JPEG - 41.2 ko
Au coeur du service des Urgences avec le Docteur Denoeud
JPEG - 41.3 ko
Visite de la salle d’accouchement physiologique, dédiée notamment aux femmes qui choisissent de ne pas avoir recours à la péridurale

Enfin, la journée s’est terminée par la rencontre avec les membres du syndicat CGT? du Centre hospitalier de Seclin. De nombreux corps de métiers étaient représentés, parmi lesquels des soignant.e.s (infirmier.e.s, aide-soignant.e.s et sage-femme), des membres des services administratifs et des services techniques, et des cadres de santé.

Chacun déplore à son niveau que la gestion financière prime sur l’humain, que les patients sont devenus des clients parce que l’hôpital a une obligation de rentabilité.

L'entrée du service des urgences du centre hospitalier de Seclin


La ville de Seclin a consacré un article à cette rencontre, consultable sur son site internet.