L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet Découvrir le sénateur Michelle Gréaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Communiqué

De la grève des mineurs aux Jours Heureux : 27 Mai, une date clé de l’Histoire de notre pays

Ce 27 mai est le jour anniversaire de deux événements d’ampleur qui ont marqué l’Histoire de notre pays et qui soulignent la place et le rôle de la classe ouvrière.

En 1941, le 27 mai marque le début de la plus grande grève d’Europe, initiée par les mineurs de la fosse du Dahomey, à Montigny-en-Gohelle et qui s’étendra. J’aimerai rendre hommage aux 100 000 « Gueules noires » qui ont participé, dans le bassin minier du Nord/Pas de Calais, à ce qui s’avèrera être la plus grande grève dans l’Europe occupée par le IIIe Reich. Outre les revendications relatives à leurs conditions de travail et de subsistance, les mineurs ont aussi fait acte de résistance en refusant d’alimenter la machine de guerre nazie. Les 15 jours de grève ont ainsi permis de bloquer l’extraction de 500 000 tonnes de charbon. Je n’oublie pas non plus la répression terrible qui s’ensuivit menée par la Gestapo et les forces de collaboration. 270 mineurs raflés, essentiellement des syndicalistes et des communistes, enfermés à la citadelle de Huy en Belgique puis déportés pour 244 d’entre eux au camp de concentration de Sachsenhausen en Allemagne.

Deux années plus tard, le 27 mai 1943, a lieu la première réunion du Conseil National de la Résistance, clandestinement, autour de Jean Moulin. Les représentants des organisations de la Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques, unis dans le CNR se sont entendus le 15 mars 1944 sur un programme « Les jours heureux » qui comportait à la fois un plan d’action immédiate contre l’occupant et ses complices et les mesures destinées à instaurer, dès la Libération du territoire, un ordre social plus juste. Ce programme économique, social, très ambitieux pour l’époque et dans le contexte immédiat d’après-guerre est encore la source, malgré les attaques subies depuis des années, de certains de nos droits fondamentaux, parmi lesquels la Sécurité Sociale. Au moment où beaucoup commencent à réfléchir, imaginer les « jours d’après » la crise sanitaire qui frappe notre pays et le monde, le message et la philosophie du CNR est une source d’inspiration tout à fait actuelle. « Résister et Agir » reste d’actualité.

Cette date revêt, à l’échelle locale comme à l’échelle nationale, une symbolique forte, et nous devons la célébrer, et célébrer ceux qui ont œuvré pour notre liberté et pour nos droits. C’est notre devoir de mémoire. Le contexte actuel ne permettant pas de nous réunir au cours d’une cérémonie, je vous invite tous à avoir un mot, une pensée, un hommage pour ces héros de notre Histoire.