L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet Découvrir le sénateur Michelle Gréaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Question écrite avec réponse

Généralisation de l’expérimentation « Au labo sans ordo » à l’ensemble du territoire

Mme Michelle Gréaume attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé au sujet de l’expérimentation intitulée « Au labo sans ordo ».

Cette opération, qui permet de procéder à un dépistage du VIH sans ordonnance, sur simple demande, sans avance de frais, et gratuitement grâce à une prise en charge à 100 % par l’assurance maladie dans les laboratoires d’analyses médicales de Paris et des Alpes-Maritimes, a débuté le 1er juillet dernier, durera un an et pourrait être pérennisée à terme. Saluée par les associations et les acteurs de la lutte contre le SIDA, chacun regrette toutefois que la zone d’expérimentation soit réduite.

L’organisation mondiale de la santé et l’ONU-SIDA ont convenu d’un objectif à l’horizon 2030  : la fin de l’épidémie. Cet objectif ambitieux nécessite des mesures de grande envergure afin d’y parvenir.

De ce point de vue, et même si les statistiques démontrent que les deux territoires concernés par la phase d’expérimentation sont particulièrement touchés par l’épidémie de VIH, une généralisation de l’expérimentation à l’ensemble du territoire marquerait une action forte de la France pour contribuer à atteindre cet objectif.

Cela constituerait également une opportunité de prendre en charge au plus vite les personnes contaminées, condition sine qua non pour améliorer l’efficacité du traitement et empêcher de nouvelles contaminations.

C’est la raison pour laquelle elle lui demande si le Gouvernement va étendre l’expérimentation de la mesure « Au labo sans ordo » à l’ensemble du territoire français.


Réponse de Mme la ministre des solidarités et de la santé, publiée le 12/12/2019

L’expérimentation « labo sans ordonnance » a débuté en juillet 2019 à Paris et en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et a pour objectif d’évaluer l’efficacité d’un dépistage gratuit du VIH, sans ordonnance, dans les laboratoires de biologie médicale.

Inscrite aux côtés de nombreuses actions portées par le Gouvernement, cette expérimentation va faire l’objet dans un premier temps d’une évaluation afin de permettre d’en mesurer l’impact en termes d’efficacité et d’acceptabilité, pour in fine prendre les décisions appropriées concernant son extension ou non à l’ensemble du territoire national.