L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet Découvrir le sénateur Michelle Gréaume Découvrir la sénatrice
Actualité

L’autre voile

La chronique d’Eric Bocquet - Vendredi 15 novembre 2019

Cette nouvelle n’a pas fait la une des journaux mais le gouvernement envisage de supprimer l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES).

Un tel symbole ne doit certainement pas passer inaperçu. Il fut créé par la loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions. L’ONPES est composé, à parité, de représentants des grandes administrations publiques comme l’INSEE, le ministère de l’économie, par exemple, mais aussi des chercheurs et des universitaires spécialistes du domaine, en Europe et en France. Pendant 20 ans, il a publié 10 rapports, de très nombreuses études et recherches, et la diffusion d’un tableau de bord annuel sur la pauvreté.

Cette nouvelle intervient quelques semaines après la publication par l’INSEE du rapport pour 2018 indiquant une hausse de la pauvreté de 0.6% (14,7%). Certains se demandent si l’idée n’est pas de casser le thermomètre pour continuer, en toute discrétion, à ne pas s’attaquer aux causes de la fièvre.

Déjà, le gouvernement Balladur avait supprimé, en 1993, le Centre d’études des revenus et des coûts, dont les rapports avaient mis en évidence la montée des inégalités et de la pauvreté. Notre rêve à nous c’est la disparition de ces organismes quand la pauvreté aura été éradiquée de notre société. Avec Macron, dans la droite ligne de ses prédécesseurs, nous n’en prenons pas le chemin.

L’originalité de l’ONPES est de faire dialoguer deux formes de connaissance de l’exclusion  : l’une expérientielle et l’autre scientifique. La mise en œuvre, dès 2014, de méthodologies qui s’appuient sur la participation des personnes concernées par la pauvreté, comme cela a été le cas dans le cadre des groupes de discussion sur l’invisibilité sociale.

Cet observatoire dépasse donc largement les éléments statistiques, nécessaires bien sûr. Le gouvernement ne semble pas goûter ces pratiques, et puisque l’on vous dit que la politique menée commence à porter ses fruits. Pour les plus riches, c’est un fait acquis, pour les 90% on attend encore. On a l’impression que M. Macron voudrait couvrir d’un voile épais cette réalité de la pauvreté dans notre pays, 6e puissance du monde, 9 millions de pauvres, avec à sa tête un jeune Président fringant, ni de droite ni de gauche, sympathique, qui veut relever le pays…

Cachez cette pauvreté que je ne saurais voir  !