L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Éric Bocquet Découvrir le sénateur Michelle Gréaume Découvrir la sénatrice
Actualité

Chronique

Tout va mal ?

La chronique d’Eric Bocquet - Vendredi 7 décembre 2018

Nous vivons une période très agitée, sur le plan social et politique. Il y a un an, M. Macron avait presque gagné le statut de demi-dieu, en effet, certains commentateurs avaient dit à son sujet qu’il marchait sur l’eau, son prédécesseur dans cet exercice s’appelait Jésus.

Ce temps paraît bien lointain. Qui aurait cru à une telle situation 18 mois après son discours scénarisé devant la Pyramide du Louvre à Paris en mai 2017 ? Les gilets jaunes ont rappelé Macron 1 à la dure réalité de ce pays où 5,5 millions de gens survivent grâce à l’aide alimentaire.

Parmi les témoignages entendus chez les manifestants ces dernières semaines… « Je suis mère isolée avec deux adolescents à charge, j’ai deux emplois et je ne m’en sors pas » … Un autre dit « Je suis retraité, je perçois 930 euros par mois, je n’arrive plus à joindre les deux bouts », ou encore, en grands caractères écrits sur une banderole « Nos campagnes meurent » et pour couronner le tout « On ne nous écoute pas ».

La France est fracturée depuis trop longtemps, Raffarin disait la France d’en haut et la France d’en bas, Chirac stigmatisait la fracture sociale, Hollande moquait les sans dents, et Macron croise dans les gares ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien.

Le peuple ne supporte plus et le dit, sauf bien sûr les 358 198 foyers qui ont bénéficié l’an dernier de la quasi disparition de l’ISF, leur patrimoine cumulé se monte à 1 028 milliards, 3 fois le budget de la France.

Les militants et les élus communistes ne peuvent s’étonner de ces réactions. Alors, en septembre dernier, globalement le moral des ménages n’était pas très bon… selon une enquête menée du 27 août au 6 septembre par Opinion Way pour l’Observateur des PME-ETI de Challenges (ma revue fétiche) et de la Banque Palatine, la confiance en l’économie française à 6 mois restait haut perchée, malgré une baisse de 9 points depuis le début de l’été. Une autre enquête BFM Business montrait que le moral des ménages s’effondrait plus fortement, moins 11 points ! Les Français renouaient avec le pessimisme des quinquennats précédents. Rien de tel chez les patrons, nous disait Challenges à l’époque, qui semblaient préférer pour l’instant de loin Emmanuel Macron à ses prédécesseurs.

Évidemment, maintenant s’il fait descendre les sans-culottes dans la rue… ça risque de les inquiéter ! Allez, ça ira !